Seattle et là-bas: Désarmant la Nouvelle Commande du Monde -- Organisation De Commerce Mondial (OCM)  (Fraais)

  En préparant les réunions de millénium de Seattle, Washington en consultation avec Bruxelles et le Organisation de Commerce Mondial (OCM) à Genève, est placé sur affaiblir et diviser les groupes sociaux de mouvements et de citoyens qui ont convergé sur Seattle de partout dans le monde.
  En attendant, les organisateurs locaux sont occupés -- ainsi que le Bureau de Recherche Fédéral (BRF) et le service de police de Seattle («SPD») - - «dans des agencements de sécurité» soigneusement de planification pour le rendez-vous officiel.
  Un appareillage étendu de police a été mouvement réglé.  Les forces spéciales du BRF, de la Agence d'Intelligence Centrale (AIC) et d'autres agences fédérales seront sur la scène.

par Michel CHOSSUDOVSKY
Professeur des sciences économiques à l'Université d'Ottawa, et l'auteur de Le
Globalization de la Pauvreté, Impacts des Réformes de FMI et Banque de Mondiale, Troisième du Monde
Réseau, Penang, et Zed Books, Londres, 1997.

106  107  < < Nader  MATIÈRES  Traduisez  Liens  Événements  Livres  MAISON   Pied  109  113

Des «Ennui-générateurs» doivent être tenus au compartiment, la police bien équipée d'émeute est en main comprenant des pelotons de troupe et FRAPPE des équipes des Divisions Tactiques d'Exécutions qui constituent «plus de composants militarisés» de la force de police. 1

Tout a été mis en place pour maintenir le Sommet des Citoyens physiquement retiré de la Conférence Ministérielle.

Comme dans les compteur-sommets précédents (Rio De Janeiro, Madrid, Copenhague, Pékin, etc.), l'intention est de s'assurer que les nombreuses réunions de protestation, l'enseigner-Institut central des statistiques et les rassemblements de masse n'obstruent pas ou de quelque façon menacez la légitimité du rendez-vous officiel.

À Seattle, la possession des sessions parallèles par O.N.G.s  [Organismes Non Gouvernementaux] exige l'accréditation formelle avec le comité de centre serveur de Seattle présidé par Bill GATES de Microsoft et Philip CONDIT de Boeing Compagnie.

Plusieurs mois en avant de temps, le OCM et les gouvernements occidentaux avaient nécessité un «dialogue» avec des organismes civils choisis de société en plaçant les ordres du jour pour le Millénium Ronds.  «O.N.G. d'associé», à savoir ceux «que nous pouvons faire confiance que» ont été équipés de fonds au voyage et organiser leur «enseigner-Institut Central des Statistiques» respectif à Seattle.

Déjà l'année dernière, le OCM avait annoncé un plan pour «une collaboration en cours avec des O.N.G. d'associé» tandis que souligner que le OCM «reconnaît les O.N.G. de rôle peut jouer pour augmenter la conscience du public en ce qui concerne des activités de OCM». 2

De même, le Commission européen avait souligné son «engagement au transparent et à la franchise dans définissant la politique commercial». 3

Des «O.N.G. d'associé» soigneusement examinées ont été invitées à participer à un certain nombre d'événements «issue-spécifiques» préparatoires.  La Commission européenne a tenu plusieurs ronds des consultations avec des organismes choisis du consommateur, de travail, environnementaux et de développement en vue de «our améliorer le transparent des réunions de OCM» comprenant l'accès public aux documents de OCM et à la création d'un OCM «Ombudsman de l'information». 4

Dans les mots de (l'ancien) Commissaire du Commerce d'Européen sir Leon BRITTAN: «Un millénium rond des entretiens commerciaux ne devrait pas des affaires simplement d'avantage.  Nous bidon et devrions nous assurer que les consommateurs et l'environnement gagnent également.  La Commission a aujourd'hui ouvert un dialogue avec une section transversale large des O.N.G. pendant qu'elle croit que le transparent et la franchise sont essentiels si un nouveau rond doit retirer ses pleins avantages.  Les O.N.G. sont les associés cruciaux dans la préparation aux négociations qui se trouvent en avant.» 5

LE CONTRE- SOMMET

Contrôlé et financé par les donateurs et les bases officiels de recherches, l'ordre du jour caché doit installer «corrige politiquement» le Sommet des Citoyens, à savoir pour s'assurer que le divers enseigner-institut central des statistiques et les rassemblements publics dans les rues de Seattle se conforment au «contre-discours» dominant.

Le dernier consiste en cours d'impression pour l'inclusion des clauses symboliques de droits de l'homme environnementaux, de travail et, des arrangements «d'allégement de pauvreté» aussi bien que «des réformes institutionnelles» sans défier le rôle central de la libéralisation commerciale.

Les organisations nonnes gouvernemental d'associé ont, à cet égard, déjà commis pour ne pas remettre en cause «la légalité» ou la légitimité du OCM en tant qu'établissement.

Des participants accrédités d'ONG ont été invités à se mélanger dans un environnement amical avec des ambassadeurs, des ministres commerciaux et des brasseurs d'affaires de la Rue de Mur (le «Wall Street») à plusieurs des événements officiels comprenant les nombreuses parties et réceptions de cocktail.

Alternativement, (fonctionnaire) «un colloque d'O.N.G. commandité par OCM» doit être tenu pour les participants choisis d'ONG un jour avant le lancement de la conférence ministérielle, avec des rapports d'ouverture soigneusement exprimés par de le Directeur Général de OCM M. Michael MOORE et le Secrétaire Commercial des Etats-Unis Charlene BARSHEVSKY.

En d'autres termes, le stratagème à Seattle (supporté par une campagne somptueuse de relations publiques) doit répandre soigneusement un mouvement de masse internationale dirigé contre les OCM et les syndicats puissants d'affaires qui se situent discrètement dans le fond.

La «critique oui, cela est démocratique», mais le système «du marché libre» doit régner, la légitimité des établissements -- comprenant leur Genève et bureaucraties basées par Washington -- ne doit pas être défié...

Dans le retour, la conférence officielle recevra pour incarner au nom des organismes de travail et civils «accrédités» de société, des diverses concessions environnementales et autres symboliques dans leurs résolutions principales en vue de fournir «un visage humain» si nécessaire au OCM.

Les réunions Rondes de Millénium prétendent également replier le parallèles habituelles «Sommet des Personnes» qui constitue maintenant un composant intégral des rendez-vous successifs du monde.

Répété presque annuellement depuis la 1992 Conférence d'Environnement de Rio, le Sommet des Personnes tout en fournissant un forum pour la discussion critique, a au cours des années en grande partie pour devenir «un rituel de la dissidence» qui part en grande partie du Sommet officiel indemne.

Le P7 parallèle («Sommet du P7 des Personnes») lors des réunions G7 à Cologne en juin 1999, par exemple, a été remonté en consultation avec les organisateurs de centre serveur du Sommet officiel, généreusement financés par la Base de Heinrich Boell qui est un bras de la Partie Verte Allemande contrôlée par de Joschka FISHER de Ministre des Affaires Étrangères.

La structure de Cologne P7 a été adaptée vers la discussion de déflexion sur les questions controversées comprenant «les bombardements humanitaires» de la Yougoslavie...  

En attendant, plus de 20.000 personnes de toutes les parties de l'Europe s'étaient réunies dans les rues de Cologne sous le parapluie de la Campagne de Jubilé.  

Leur pétition pour effacer sans réserve la dette du Tiers Monde avait été signée par plus de 17 millions de personnes.  Les amorces du monde ont avec respect rendu hommage à l'initiative de Jubilé, répondant avec des engagements rhétoriques vides sur la réduction de dette les pays les plus pauvres du monde.  

La proposition substantive de la Campagne avait été en passant écartée.  

À Seattle, plusieurs des O.N.G. accréditées représentant des droits de l'homme spécifiques d'intérêts (par exemple ambiant, de travail, des organismes des femmes, etc..) mettront en avant des demandes séparées.  Évidemment plusieurs des O.N.G. principales ont été infiltrées par des agences d'intelligence d'Occidente.

Le Contre-Sommet doit être réduit en fragments dans une «mosaïque» des événements reculés se concentrant sur les aspects politiques séparés et distincts.  

L'ordre du jour caché doit permettre à chacun de ces rendez-vous séparés «de faire leur propre chose» dans un semblance de la «participation des personnes»: le but des organisateurs de Seattle est de masquer la vérité, d'empêcher le développement d'un mouvement de masse, supprimer la vraie démocratie et confirmer l'autorité des établissements de la Nouvelle Commande du Monde.  

Alternativement, l'Fédération Américaine de Travail (FAT)-le Congrès Industriels des Organismes (CIO), c'est-à-dire, «AFL-CIO», jointif par le syndicat dirige de partout dans le monde, a invité le OCM «impose des normes de travail minimum... sur le marché global».  

Foudroyant dedans aux demandes de Washington, le bourdonnement-mot de Travail est «font le travail global d'économie pour travailler des recommander soigneusement dessinés de pétition de families». 6

A la conférence ministérielle d'adopter «le commerce et les règles d'investissement [qui] protègent les droits et l'environnement». 7

Des ouvriers la légitimité globale du OCM et de la politique commerciale des Etats-Unis ne sont pas en question.

Alternativement, l'FAT-CIO, c'est-à-dire, «AFL-CIO», a été mis responsable de l'organisation d'un rassemblement de masse qui atteint utilement l'objectif de guider le mouvement internationale de protestation sur les rues de Seattle...  À Seattle, les grands se divisent seront entre ceux qui sont véritablement opposés à la Nouvelle Commande du Monde et à ces organismes civils de société d'associé qui ont tous les aspects d'être «progressif» mais qui sont en fait les créatures du système.   Souvent financé par leurs gouvernements respectifs, ils font partie d'une «opposition» politiquement correcte qui agit en tant que «orte-parole pour la société civile».  

Mais qui représentent-elles?  Plusieurs des «O.N.G. d'associé» et de groupes d'entrée qui se mélangent fréquemment avec des bureaucrates et des politiciens, ont peu de contacts avec des organismes sociaux de mouvements et de personnes de bases.  

En attendant, ils servent à guider l'articulation des «vrais» mouvements sociaux contre la Nouvelle Commande du Monde. Ceci ne signifie pas que le «dialogue» avec le OCM et les gouvernements devrait être éliminé en tant que des moyens de négociation.  Au contraire, «l'incitation» doit être appliquée vigoureusement en liaison étroite avec les mouvements sociaux constitutifs.

Les résultats et l'information fondamentaux de ces négociations, cependant, doivent être acheminés en vue des actions de renforcement plutôt que de s'affaiblir de racines d'herbe.  En d'autres termes, nous ne devrions pas laisser «inciter» à être conduits d'une mode d'isolement et réservée par les organismes qui sont «main sélectionnée» par les gouvernements et les OCM.

UN MORATOIRE SUR DES NÉGOCIATIONS DE LIBÉRALISATION

Plus de 1200 groupes et organismes de plus de 85 pays ont nécessité un «moratoire» sur davantage de libéralisation sous les auspices de OCM comprenant la possession d'un «audit» à entreprendre sur les impacts du globalisation.

Leur rapport de consensus («Rapport des Membres de la Société Civile Internationale S'opposant à un Millénium Rond»): «opposant toute autre négociation de libéralisation, particulièrement ceux qui apportera de nouvelles zones sous le régime de OCM, tel que l'investissement, la politique de concurrence et la fourniture de gouvernement.»  

«Nous commettons à la campagne pour rejeter des telles propositions.  Nous opposons également l'Accord aux Commercial-Connexe Aspects de Droites de Propriété Intellectuelle (ACCADPI).  

«Nous nécessitons un moratoire sur toutes les nouvelles questions ou promouvons les négociations qui augmentent la portée et la puissance du OCM

Pendant ce moratoire il devrait y a une revue et une évaluation complètes et détaillées des accords existants.  Des mesures pertinentes devraient alors être prises pour changer les accords.  Tel un revue devoir adresser l'impact de l'OCM sur marginaliser communauté, développement, démocratie, environnement, santé, human droit de l'homme, de travail droit et droit femme et enfant.  

La revue doit être conduite avec la pleine participation de la société civile.  Le Rapport constitue une étape importante dans provocant les Ordres du Jour officiels.  Il est basé sur un consensus soigneusement exprimé d'un grand nombre de différents organismes.  

L'ILLlÉGALITÉ DE LE OCM

Pourtant ce Rapport important en exigeant d'un «Moratoire» sur d'autres négociations de libéralisation, ne remet pas en cause la légitimité du OCM en tant qu'établissement.  Et en effet cette issue devrait avoir été incluse explicitement dans le Rapport.  

L'Accord de Marrakech de 1994 constitue une violation flagrante des droites sociales, économiques et culturelles fondamentales.  Les pieux à Seattle sont fondamentaux et ne peuvent pas être adressés avec un Rapport de compromis qui reçoit tacitement la légitimité du OCM en tant qu'établissement.  

Le OCM a été mis en place après la signature «d'un accord technique» négocié derrière les portes fermées par des bureaucrates.  Même les chefs des délégations de niveau de pays vers Marrakech en 1994 n'étaient pas au courant concernant les statuts de l'Organisation de Commerce Mondial qui ont été dessinés en sessions fermées séparées par des technocrates.

«La Loi finale incarnant les résultats de l'Uruguay rond des négociations commerciales multilatéral», a été signée par des ministres à Marrakech 15 avril 1994.

L'acte final est «un accord technique» qui installe [? établit ?] le OCM en tant que corps du monde.  Le cadre de OCM assure «une approche simple d'entreprise» aux résultats de l'Uruguay rond - ainsi, l'adhésion dans le OCM nécessite de recevoir tous les résultats du rond sans exception.

Après la réunion de Marrakech, l'accord de 550 pages (plus ses nombreuses annexes) caoutchouc-a été embouti dans une hâte ou jamais formellement ratifié par les Parlements nationaux.  Les articles de l'accord du OCM résultant de cet «accord technique» étaient en passant indélogeables dans le droit internationale.  

En d'autres termes, l'Accord 1994 de Marrakech qui installe le OCM comme corps multilatéral, saute le processus démocratique dans chacun des pays membres.  Il d'une manière flagrante lois nationales et constitutions de derogates tout en fournissant des puissances étendues aux banques globales et aux sociétés multinationales multinationales.

Ces puissances en fait sont devenues indélogeables dans les articles de l'accord du OCM.

En d'autres termes, le processus de la création réelle du OCM suivant l'Acte Final de l'Uruguay rond est d'une manière flagrante «illégal».  À savoir le corps a été en passant installé à Genève, en vertu du droit avec les le mandat à des politiques économiques de pays de «maintenir l'ordre dans» et sociales de niveau internationales autorisées intergouvernementales «totalitaire», derogatee les droites souveraines des gouvernements nationaux.  

De même, le OCM neutralise presque «avec la rappe du crayon lecteur» l'autorité et les activités de plusieurs agences des Nations Unies comprenant la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCD) et l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

D'ailleurs, les articles de OCM ne sont aucune seulement dedans contredisen avec nationale préexistant et des lois internationales, ils sont également dedans en désaccord avec la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. L'acceptation du OCM comme organisation légitime est équivalente «à un moratoire indéfini» ou abrogation de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.  

D'ailleurs, indépendamment de la violation flagrante du droit internationale, les règles de OCM fournissent la légitimité aux pratiques commerciales qui encadrent au criminelles, y compris «la piraterie intellectuelle» par Sociétés Multinationales, la dérogation des droites d'horticulteurs, de ne pas mentionner la l'ingénierie génétique par les géants de biotechnologie, le brevetage des formes de la vie comprenant des usines, les animaux, les micro-organismes, le matériel génétique et les formes humaines de la vie aux termes de l'accord de ACCADPI.

Dans la sphère des services financiers, les dispositions du l'Accord Général sur les Échanges des Services (AGÉS) fournissent la légitimité à la grande échelle financière et aux manipulations spéculatives dirigées contre les pays en voie de développement qui favorisent souvent la cession de la politique monétaire de pays-niveau.

Et les procédures de règlement de conflit de OCM confirme la légitimité de ces diverses procédures de manipulation ...

LE BILAN DE LA DESTRUCTION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

Amplement documentée, humanité subit dans l'ère après la Guerre Froide une crise économique et sociale d'échelle sans précédent menant à l'appauvrissement rapide de grands secteurs de la population du monde.  

Les économies nationales s'effondrent, le chômage est effrénée; les banques de la Rue de Mur sont «les pays succédants» un après l'autre; les guerres régionales ont éclaté le long des canalisations stratégiques de gaz-huile et souvent derrière les diverses «insurrections» sont les intérêts de corporation puissants qui par coïncidence incitent également à la réforme commerciale...  Dans la plupart des pays le niveau la vie s'est effondré...  

Cette crise mondiale du vingtième siècle en retard est plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 30.  Elle a des implications géopolitiques de grande envergure; la dislocation économique a été également accompagnée de la manifestation de conflits régionaux, de la rupture des sociétés nationales et dans certains cas de la destruction des pays entiers.  Cette crise est nullement limitée aux pays en voie de développement.  En Europe et Amérique du Nord l'État Providence est démantelé, des écoles et des hôpitaux sont fermés créer des conditions pour la privatisation pure des services sociaux.  

De loin c'est la crise économique la plus sérieuse dans l'histoire moderne.  

Dans un grand nombre de pays en voie de développement, la économie des services et encaisser sont déjà aux mains du capital étranger, des économies rurales ont été dévastées en raison de vider des excédents d'UE et des Etats-Unis de grain.

Les graines génétiquement modifiées ont produit entre d'autres par Cargill et Montsanto (ainsi que les entrées soigneusement machinées de ferme produites par ces mêmes conglomérats d'agricoles entreprises) ont été forcés sur aux les fermiers dans le monde entier menant souvent à la pauvreté de masse et la rupture des économies rurales, pour ne pas mentionner la contamination de la chaîne alimentaire derogatées les droites des consommateurs dans le monde entier.

Alternativement, l'internationales agricoles entreprises est attentif lors de piloter la ferme de famille dans la faillite.  Ce processus est nullement limité aux pays en voie de développement: jusqu'à 30 pour cent de fermiers de grain au Canada occidental sont sur le bord de la faillite spécifiquement en raison de l'application des dispositions de OCM au sujet des subventions de ferme par le gouvernement canadien.  Et si ceci se produit au Canada occidental qui constitue un des «paniers du pain» les plus inventifs du monde, quel sera le destin des fermiers dans d'autres régions de monde?

LA CONSULTATION DE LA CHINE AU OCM

Que les limites de la consultation de la Chine au OCM ont convenu dans des négociations bilatérales avec les Etats-Unis à peine quelques semaines avant la conférence ministérielle à Seattle, orthographie le ravage dans un pays de plus d'un milliard de population.  Il dévastera l'agriculture de la Chine; il déclenchera une vague mortelle des faillites des entreprises publiques menant au chômage de masse.  La prestation «du traitement nationale» vers les banques Occidentales a pu potentiellement précipiter la hernie de la structure entière de la Banque d'Etat Chinoise...

Les autorités chinoises, entièrement averties des ramifications, ont essayé dans un arrêt de publicité de convaincre l'opinion publique chinois que «les avantages de l'accord justifieraient les pertes du travail et des faillites qu'il cause». 8

Dans les mots de en chef négociateur de la Chine du OCM , M. Long Yongtu, «une nation ne peut pas développer et devenir forte sans sens d'urgence et sens de crisis.» 9

ANALYSANT ET ÉVALUANT LA NOUVELLE COMMANDE DU MONDE

Est-ce que face à la dévastation économique et sociale globale, un «Audit» officiel est vraiment exigé,  comme mis en avant dans le «Rapport des Membres de la Société Civile Internationale» pour s'assurer ce qui est se produit?  Certains des critiques par non gouvernementaux des organismes -- comprenant les syndicats -- impliqués dans le dialogue avec le OCM arguent du fait qu'il y a «positif» et impacts «négatifs» de la libéralisation commerciale.  

Cette position est ambiguë: les impacts dévastateurs du l'globalisation sont déjà connus et documenté, la communauté de non gouvernementaux des organismes a déjà produit une richesse d'analyse et de recherche critiques.  D'ailleurs, la proposition de audit reçoit la légitimité du OCM, elle présuppose qu'il y a des erreurs et «laisse l'entretien et met ce système sur la prise» pendant quelques années «tandis que nous réévaluons».

Avons-nous besoin d'un Audit pour établir «si» le monde est-il dans la crise?

Et par qui ce Audit sera-t-il exécuté et pour qui?  Les «O.N.G. d'associé» principales se sont déjà placées pour entreprendre les études commissionnées appropriées de fond.  Plusieurs des organismes qui ont signé et ont approuvé l'Rapport ignoraient que le audit ait fait partie du «dialogue» avec le OCM et les gouvernements Occidentaux.  Et ces contrats de recherche ont exécuté le «secteur par le secteur» d'une mode «politiquement correcte» selon les directives préétablies réglées par les agences de placement prendront plusieurs années pour se terminer.  

La conduite d'un Audit a été déjà reçue par l'Union Européenne dans ses consultations avec les O.N.G.   L'ancien Commissaire Européen sir Leon BRITTAN, au nom de l'Union Européenne en fait avait proposé en 1998, «a commission d'une étude sur l'impact du nouveau Rond sur le développement soutenable» (Commission Européenne, Du même).

En d'autres termes, le audit est également une partie des ordres du jour officiels de Seattle Rond.  En attendant, alors que le Audit est conduit, la destruction économique, sociale et environnementale continuera inchangé.

LE MILLÉNIUM ROND EST DÉJÀ «DE FAIT»

Ce qui arrive au système du monde ne dépend pas seulement des résultats du Millénium Rond.  Nous devons comprendre que dans beaucoup de pays en voie de développement, plusieurs des clauses du Millénium Rond sont déjà un «accompli de fait».  

Font partie des «conditionnels» contenus dans des accords de prêt ads-hoc avec le FMI [Fonds Monétaire International] et la Banque Mondiale.  Dans le cadre du programme d'adaptation structural comme dans le contexte des «accords de écopez dehors» commandités par FMI (par exemple l'Indonésie, la Thaïlande, la Corée, le Brésil), les pays en voie de développement se sont déjà commis à plusieurs des propositions contenues dans le Millénium Rond.

D'ailleurs, les mains des délégués du Tiers Monde vers Seattle sont attachées, la voix de la plupart des ministres commerciaux des pays en voie de développement à Seattle la Conférence que Ministérielle est contrôlée par des créanciers dans des nations Occidentales.  Il est peu probable que beaucoup d'opposition sera exprimée des délégations officielles des pays en voie de développement.

Beaucoup de pays en voie de développement ont reçu dans le contexte des accords signés avec les établissements en Bois de Bretton pour libéraliser le commerce, pour dérégler des mouvements des capitaux de capitaux, pour privatiser des équipements collectifs publics d'État, pour démanteler des programmes sociaux et pour fournir «le traitement national» aux investisseurs étrangers dans un grand nombre d'activités économiques comprenant des services, des opérations bancaires, la fourniture, etc...

Ces dispositions sont souvent couplées à un «programme de faillite» sous la surveillance de la Banque Mondiale en vue de «déclencher» la liquidation des entreprises nationales de concurrence.  «Permettre l'environnement du marché libre» est implanté (sans recours aux clauses de OCM concernant «l'accès pertinent aux marchés»), des producteurs nationaux sont brutalement déplacés et détruit, et des pays sont en passant transformés en des colonies encore ...

Les banquières de la Rue de Mur et les chefs des plus grands conglomérats des affaires du monde sont indélébilement derrière ce processus.  Elles se connectent par interface régulièrement de Fonds Monétaire International (FMI) et à la Banque Mondiale et aux fonctionnaires de OCM en sessions fermées aussi bien que dans de nombreux rendez-vous internationaux.  

D'ailleurs, participant à ces réunions et les consultations sont les représentants des entrées globales puissantes d'affaires comprenant la Chambre de Commerce Internationale (CCI), le Dialogue Atlantique d'Affaires de Portantes (DAAP) (qui rassemble dans ses rendez-vous annuels les amorces des plus grands conglomérats Occidentaux d'affaires avec des politiciens et des fonctionnaires de OCM), le Conseil des Etats-Unis pour les Affaires Internationales (CEUAI), le Forum Économique du Monde de Davos, l'Institut de la Finance Internationale représentant les plus grandes banques et les institutions financiers du monde, etc...

D'autres organismes d'demi-secret -- qui jouent un rôle important en formant les établissements de la nouvelle commande du monde -- incluent la Commission Trilatérale, le Bildebergers, et le Conseil sur les Relations Étrangères [CRE].

LA DÉRÉGLEMENTATION FINANCIÈRE

Pour la compléter hors fonction, «synchronisation parfaite»: la déréglementation du système bancaire des Etats-Unis a été approuvée par le sénat des Etats-Unis à peine pendant six semaines avant les réunions rondes de millénium à Seattle.  La nouvelle législation favorise une concentration sans précédent de puissance financière globale.

À la suite des négociations prolongées qui ont conclu dans les heures tôt du 22 octobre 1999, toutes les contraintes de normalisation sur les conglomérats puissants des opérations bancaires de la Rue de Mur ont été retirées «avec une rappe du crayon lecteur».  Selon les nouvelles règles ratifiées par le Sénat des Etats-Unis et approuvées par le Président Clinton, les banques de commerce, les entreprises de courtage, les fonds de couverture, les investisseurs institutionnels, les fonds de pension de retraite et les compagnies d'assurance peuvent librement investir dans des entreprises de chacun comme ntègrent entièrement leurs exécutions financières.

La législation a abrogé l'acte de Glass-Steagall de 1933, un pilier du Président Roosevelt «Nouvelle Affaire» qui a été mis en place en réponse au climat de la corruption, de la manipulation financière et du l'initié commerçant au lequel a mené plus de 5.000 pannes de banque en années suivant la Rue de Mur 1929 effondrement. 10

En d'autres termes, que une poignée de conglomérats financiers gagnera le contrôle pertinent de l'industrie entière de services financiers des Etats-Unis.  Par coïncidence ces mêmes géants financiers de la Rue de Mur sont également les bénéficiaires principaux de la déréglementation des services financiers aux termes de l'Accord Général sur les Échanges des Services (AGÉS) qui fournissent «le traitement national» aux géants de la Rue de Mur dans les opérations bancaires, l'assurance, les services de courtage, les services actuariels, etc...

Le AGÉS est presque «sur mesure» pour répondre aux normes fixées sous la nouvelle législation de services financiers des Etats-Unis.  Les géants financiers surveillent la vraie économie dans le monde entier, ils sont des créanciers et des actionnaires de la fabrication de technologie de pointe, de l'industrie de la défense, d'huile principale et des consortiums d'exploitation, etc...

D'ailleurs, comme garants de la dette publique, ils ont également un stranglehold sur des gouvernements nationaux et des politiciens.  Finalement, ils appellent également les projectiles sur la réforme commerciale à Seattle.

D'ailleurs, les clauses le «traitement national» de AMI [Accord Multilatéral sur l'Investissement] ancien qui devait fournir aux banques étrangères et au SMN [sociétés multinationales] (menant à la dislocation des municipalités et des gouvernements locaux) est également en cours de devenir un «accompli de fait».  

Les conglomérats financiers sont maintenant entièrement intégrés avec les compagnies d'assurance.  Le tour de  in, le dernier surveillent et contrôlent les fournisseurs multinationaux de santé qui incitent activement à Seattle pour la déréglementation du soin de santé publique sous le AGÉS des établissements.  De l'État Providence doivent être ferraillés.  Des luttes de la période d'après-guerre entière doivent être effacées.

La bousculade mondiale pour s'approprier la richesse par «la manipulation financière» est la force d'entraînement derrière cette restructuration de l'architecture financière globale de laquelle la nouvelle législation d'opérations bancaires des Etats-Unis et «Seattle Rond» sont une partie intégrale.

À l'unisson avec le OCM, la législation des Etats-Unis favorise l'élimination des barrières restantes à la libre circulation du capital de finances.  Dans la pratique elle autorise les joueurs principaux de la Rue de Mur comprenant Merrill Lynch, Citigroup, J. P. Morgan, Deutsche Banque et Le Fonds en Fidéicommis des Banquiers, etc. pour développer une position hegemonic dans des opérations bancaires globales éclipsant et finalement la déstabilisation des systèmes financiers en Asie, en Amérique Latine et en Europe de l'Est ... et ce processus est continue indépendamment des résultats réels du Millénium Rond.

L'IMPACT SPÉCULATIF

Alternativement, la déréglementation financière aux Etats-Unis permet au commerce spéculatif de prospérer dans le monde entier dans un environnement totalement laxiste.  Alternativement, le Millénium Rond en nécessitant la déréglementation des mouvements des capitaux de capitaux fournira une plus grande légitimité au commerce spéculatif autorisant de ce fait Rue de Mur pour étendre son domaine financier global.  

Le contrôle institutionnel des canaux du commerce spéculatif fournit les Etats-Unis et l'UE [Union Européens] géants financial avec les outils pour manipuler la devise et les marchés des actions et pour altérer le rôle des banques centrales. L'objectif final est prendre le contrôle des règnes de la politique monétaire et de surveiller les marchés financiers partout dans le monde.

Dans les 1997 seule crises Asiatiques, plus de 100 milliards de dollars ont été confisqués dans une question des mois des chambres fortes des banques centrales d'Asie; des assauts spéculatifs semblables ont été effectués en Russie en 1998 et au Brésil en 1999.  Le dérivé et le commerce d'option comprenant «la vente courte» des monnaies nationales étaient derrière ces assauts menant au défaut de dette massif et à l'effondrement financier.

Le puits documenté, le FMI a joué un rôle principal en facilitant l'impact spéculatif au nom des institutions financières Occidentales et Japonaises.

Dans une ironie cruelle, l'utilisation de ces instruments spéculatifs mortels était legitimised formellement dans le cinquième protocole de l'Accord Général sur des Échanges des Services (AGÉS) dans le sillage immédiat de la crise Asiatique. Totalement abstraction faite des dangers imminents, les négociations de protocole de (AGÉS) ont coïncidé chronologiquement (octobre 1997) avec la fusion à son apogée des marchés des actions partout dans le monde.

GUERRE ET GLOBALISATION

Et la guerre est également une partie du Millénium Rond.  Qu'arrive aux pays qui refusent de dérégler l'investissement commercial et étranger et de fournir «le traitement national» aux banques Occidentales et au SMN?  Les appareillages Occidentaux d'militaire-intelligence et ses diverses bureaucraties se connectent par interface par habitude à l'établissement financier.  Le FMI, la Banque Mondiale et les OCM -- que «maintenez l'ordre» les réformes économiques de niveau de pays -- collaborent également avec OTAN [l'Organisation de Trait d'Atlantique Nord] dans ses divers efforts gardant la paix, de ne pas mentionner le financement de «poteau-sont en conflit» reconstruction sous les auspices des établissements en Bois de Bretton...

À l'aube du troisième millénium, la guerre et «le marché libre» s'attaquent de concert.  La guerre n'exige pas un traité multilatéral d'investissement (c.-à-d., un AMI) indélogeable dans le droit international:   La guerre est le AMI du dernier recours.  La guerre détruit physiquement ce qui n'a pas été démantelé par la déréglementation, la privatisementation et l'imposition des réformes «u marché libre».

La colonisation pure par la guerre et l'installation des protectorats Occidentaux est équivalente à fournir «le traitement national» aux banques Occidentales et au SMNs dans tous les secteurs d'activité.  La «diplomatie de missile» replie et émule la «diplomatie de pistolet-bateau» employée pour imposer «le libre échange» au 19ème siècle.

La mission des Etats-Unis vers la Chine, menée par Cushing, en 1844 (à la suite des Guerres d'Opium) a averti à l'avance le gouvernement impérial Chinois «ce refus pour accorder des demandes Américaines pourrait être considérée comme invitation de faire la guerre.» 11

Seattle Rond prétend re-coloniser «paisiblement» des pays par la manipulé des forces du marché, -- c'est-à-dire, par «la main invisible».  Il néanmoins constitue une forme de la guerre.

Plus généralement, les dangers de la guerre doivent être compris.  La guerre et globalisation ne sont pas les problèmes séparées.  La campagne des citoyens contre le OCM doit être intégrée avec le mouvement pacifiste contre le bombardement des pays souverains par les Etats-Unis et ses alliés Européens.

DÉSARMER LA NOUVELLE COMMANDE DU MONDE

Le OCM créé «d'un accord technique» (Loi Finale de l'Uruguay Rond) fournit des droites «légales» indélogeables aux banques et aux sociétés globales.  À leur tour l'accord 1994 de Marrakech a installé des procédures -- comprenant les règlements conflit de manipulation -- qui sont maintenant commodément incorporés dans le droit international mais qui violez d'une manière flagrante les droites des citoyens partout dans le monde.

Selon des règles de OCM, les banques et le SMNs peuvent légitimement des tendances du marché manipulé à leur avantage menant au colonie encore pure des économies nationales.  En d'autres termes, les articles de OCM prévoient la légitimité aux banques globales et au SMNs à leur recherche pour déstabiliser des établissements, pilotent les producteurs nationaux dans la faillite et prennent finalement la commande des pays entiers.

D'ailleurs, l'Accord installe formellement «une division triangulaire d'autorité» entre le OCM, et ses organismes de soeur le FMI et la Banque Mondiale dans un système «de surveillance globale» des pays en voie de développement économiques et des politiques sociales.

Ceci signifie que l'application des prescriptions de politique d'FMI et de Banque Mondiale ne s'articulera plus sur les accords de prêt ads-hoc de pays-niveau (qui ne sont pas les documents «légalement obligatoires»).  Toutes les clauses principales médecine de l' économique mortelle d'FMI deviendront par la suite de manière permanente indélogeables sous Seattle Millénium Rond.

Les pays seront non seulement «collés» par dette extérieure, ils «seront de manière permanente asservis» par un corps international contrôlé par les plus grands syndicats des affaires du monde.  Ces articles d'OCM placeront les bases pour «maintenir l'ordre» des pays (et imposer des «conditionnels») selon le droit international.

En d'autres termes, nous devons agir par rapport à l'iniquité et à l'illégalité initiales de la Loi Finale de l'Uruguay Rond qui crée l'OCM comme organisation totalitarian.  Aucune autre alternative n'existe mais pour rejeter l'OCM en tant qu'établissement international, et pour imprimer l'OCM comme organisation illégale.  In d'autres mots, le processus entier doit être rejeté tout à fait.

Et ceci signifie que les mouvements des citoyens autour du monde doivent pressuriser leurs gouvernements pour se retirer sans tarder et annuler leur qualité de membre de les démarches d'OCM.  Legal doivent également être lancées dans les cours nationales contre les gouvernements des pays membres, soulignant la violation flagrante des lois domestiques et des constitutions nationales.

En d'autres termes, la plateforme des citoyens à Seattle et autour du monde doit être adaptée vers désarmer ce système économique et démanteler ses établissements.  Nous ne pouvons pas remettre notre lutte à plus tard et «attendez quelques années» dans le contexte d'un «audit» et en attendant le monde est consommé et détruit.  Nous devons agir maintenant. Nous devons remettre en cause la légitimité d'un système qui détruit finalement les vies des personnes.

Nous devons défier des politiciens et des fonctionnaires internationaux, nous devons retirer les masques de leurs liens insidieux aux intérêts financiers puissants et par la suite nous devons réviser et transformer des établissements d'état les retirant de l'embrayage de l'établissement financier.  Alternativement, nous devons rendre le système économique démocratique et sa structure de gestion, défier la concentration flagrante de la propriété et de la richesse privée, désarment les marchés financiers, gèlent le commerce spéculatif, arrêtent blanchir de l'argent modifié, démantèlent le système des opérations bancaires en mer, redistribuent le revenu et la richesse, restaurent les droites des producteurs directs, et reconstruction l'État Providence.

Concurremment, nous devons également établir les conditions pour une paix durable du monde.  L'appareillage militaire-industriel et de sécurité qui soutient ces intérêts financiers doit par la suite être démantelé, qui aussi des moyens que nous devons supprimer OTAN et éliminer l'industrie de armement.

Nous devons combattre les «medias se trouve» et «les faussetés globales» qui confirment l'OCM et les intérêts commerciaux puissants qu'il supporte.  Nous devons combattre «le consensus faux» de Washington et de Rue de Mur qui des ordains «le système du marché libre» comme seul choix possible sur la route destinée «à une prospérité globale».  Ce consensus est maintenant partagé par toutes les parties politiques comprenant les Démocrates Sociaux.

Pour atteindre ces objectifs nous devons restaurer une liberté signicative de la presse.  Les géants globaux de medias fabriquent les nouvelles et tordent manifestement le cours des événements du monde.  Alternativement, nous devons casser «la conscience fausse» qui infiltre nos sociétés, empêche la discussion critique et masque la vérité.  Finalement, elle exclut une compréhension collective des fonctionnements d'un système économique qui détruit les vies des personnes.

La seule promesse «du marché libre» est un monde des fermiers sans terre, usines derrière des obturateur, ouvriers sans emploi et a étripé des programmes sociaux avec «la médecine économique amère» sous l'OCM et le FMI constituant la seule prescription.  Nous devons restaurer la vérité, nous devons rétablir la souveraineté à nos pays et aux personnes de nos pays.

La lutte doit être offrante tout l'éventail de produits et démocratique entourant tous les secteurs de la société à tous les niveaux, dans tous les pays, unissant dans les ouvriers importants d'une poussée, les fermiers, les producteurs indépendants, les petites entreprises, les professionnels, les artistes, les fonctionnaires, les membres du clergé, les étudiants et les intellectuels.  Les gens doivent être unis à travers des secteurs, les groupes «d'issue simple» doivent joindre des mains dans une compréhension commune et  combinée sur la façon dont ce système économique détruit et appauvrit. L'globalisation de cette lutte est principe fondamental, exigeant un degré solidarité et internationalisme sans précédent dans l'histoire du monde.

Le système économique global alimente sur la désunion sociale entre et dans les pays.  Au delà Seattle parmi du du, unité but et co-ordination mondiale les groupes divers et les mouvements sociaux est cruciale.  Dans d'une une poussée importante est exigé qui rassemble les mouvements sociaux dans toutes les régions principales du monde une poursuite commune et engagement à l'élimination la pauvreté et une paix durable du monde. -- par Michel CHOSSUDOVSKY, reçue par le courrier électronique daté du 24 nov. 1999

RENVOIS DE BAS DE PAGE

1. Les derniers placent fréquemment des tireurs isolés aux positions principales.  Voir le Paul RICHMOND, «Une évaluation de la Police, Quoi prévoir pendant la Conférence Ministérielle de Seattle», http://forward.to/walkout, septembre 1999.

2. Communiqué de presse d'OCM, Ruggiero annonce le plan mis en valeur d'OCM pour la coopération avec des ONGs, 17 juillet 1998.

3. Dialogue de prise de communiqué de presse de Commission Européen, «La Commission et les ONGs jugent le dialogue le Millénium Rond», Bruxelles, 17 novembre 1998.

4. Du même.

5. Du même.

6. Voir l'FAT-CIO, «Faites le travail global d'économie pour les familles travaillantes,» http://www.wslc.org/wto/index.htm, octobre 1999.

7. Du même.

8. Périodes Financières, Londres, 17 novembre 1999.

9. Cité dans des Périodes Financières, Dans le même document.

10. Voir le Martin McLAUGHLIN, des «Républicains de Clinton sont d'accord sur la déréglementation du système bancaire des Etats-Unis», site toille de Socialiste du Monde, 1 novembre 1999.

11. Cité en Michel CHOSSUDOVSKY, Vers la restauration de capitaliste, le socialisme chinois après Mao, le Macmillan, Londres, 1986, le p. 134).

© Tous droits réservés par Michel CHOSSUDOVSKY, Ottawa, 1999.  On accorde la permission de signaler ce texte sur les sites internet de la communauté non-commerciale, si l'essai demeure intact et la note de droit d'auteur est affichée.  Pour éditer ce texte sous formes imprimées et/ou autres contactez l'auteur à chossudovsky@videotron.ca, fac-similé: 1-514-4256224.

Michel Chossudovsky, service des sciences économiques, Université d'Ottawa, Ottawa, K1N6N5, Canada, cadre de voix: 1-613-562-5800, poste 1415, Télécopieur: 1-514-425-6224, Courrier électronique: chossudovsky@videotron.ca (alternative:  chossudovsky@sprint.ca) [voir également le chosso@uottawa.ca ]

Pour l'abonnement de AMI-Pas et l'information d'annulation, en signalant des directives et des liens à d'autres sites de AMI veuillez voient http://mai.flora.org/

FIN
*** NOTIFICATION: Selon le titre 17 U.S.C. la section 107, ce matériel est distribuée sans bénéfice à ceux qui ont exprimé un intérêt antérieur en recevant l'information incluse pour la recherche et les buts éducatifs. ***

Reçu par la courtoisie de MichaelP
Traduit de l'anglais par
AltaVista et "Collins French College Dictionary" 1994,  étiqueté l'au moye AOLPress/2.0   29 nov - 2 déc  99,  (66 kb)  dernière mis à jour 06 juin 2000
106  107  Haut ^ ^   < < Nader  MATIÈRES  Traduisez  Liens  Événements  Livres  MAISON  109  113
DOCUMENT 108:    Adresse filet = http://www.multiline.com.au/~johnm/beyofren.htm
. Pour traduire toile pages entier en français, allemand, italien, portugais, et espagnol hors de l'anglais, ou hors de ces langages en anglais, déclic: http://babelfish.altavista.com/  Pour ces derniers et 11 autres langages comprenant l'espéranto et latin, un mot à la fois, déclic: http://dictionaries.travlang.com/
M. Jean
Massam, Voie Cobine 46, Greenwood (une banlieue de Perth), WA, 6024, Australie. Téléphone [ +61 8 ] (08) 9343 9532, Mobilophone 0408 054 319 john.massam@multiline.com.au